Vers l'équilibre…

Encourager les bonnes volontés

savoir encourager ses proches

« Un compliment est un rayon de soleil verbal. » Robert Orben

Aujourd’hui, c’est ma « rentrée ». J’avais eu des inspirations d’écriture non assouvies (car à des moments peu propices) pendant les vacances, mais, ce matin, de retour à « ma normale », je n’avais pas l’inspiration. Pas envie d’écrire. Un de ces moments où je doute, où je me dis : « à quoi bon ».

Et puis, en consultant mes emails, j’ai trouvé un très joli message, qui se concluait par « Je vous encourage vivement à continuer dans cette voie. » Voilà le petit détonateur qui a ré-enclenché mon envie d’écrire, car j’avais justement posé sur mon bureau les bases d’un article sur l’encouragement

Il me semble qu’il y a deux pistes à explorer en parallèle : d’une part, encourager les bonnes volontés ; et d’autre part, ne pas décourager les bonnes volontés. Cela semble être identique, mais il faut garder en mémoire les deux…

Ne pas décourager les bonnes volontés

Une amie m’a confié ce souvenir d’enfance : quand elle avait huit ans, elle a voulu préparer par surprise le petit déjeuner au lit à sa mère. Elle y avait mis beaucoup d’attention et d’amour. Mais, catastrophe, en portant le plateau, un peu trop lourd pour elle, elle l’a fait tomber et tout a été cassé. La réaction de sa mère ? Elle a crié et l’a grondée fortement.

Forcément, ce genre de souvenir marque et n’encourage pas à recommencer…  Ni le petit déjeuner au lit, ni la moindre initiative…

Dans le premier chapitre du Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry nous le fait comprendre : « J’ai réussi, avec un crayon de couleur, à tracer mon premier dessin. Mon dessin numéro 1. Il était comme ça :

ne pas décourager les bonnes volontés

J’ai montré mon chef-d’oeuvre aux grandes personnes et je leur ai demandé si mon dessin leur faisait peur. Elles m’ont répondu : »Pourquoi un chapeau ferait-il peur ? » Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait un serpent boa qui digérait un éléphant. J’ai alors dessiné l’intérieur du serpent boa, afin que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours besoin d’explications. Mon dessin numéro 2 était comme ça :

ne pas décourager les bonnes volontés

Les grandes personnes m’ont conseillé de laisser de côté les dessins de serpents boas ouverts ou fermés, et de m’intéresser plutôt à la géographie, à l’histoire, au calcul et à la grammaire. C’est ainsi que j’ai abandonné, à l’âge de six ans, une magnifique carrière de peintre. J’avais été découragé par l’insuccès de mon dessin numéro 1 et de mon dessin numéro 2. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications. »

Les effets secondaires du découragement

En décourageant, on prend le risque de brider l’enthousiasme et de casser un élan ¹, et ainsi annihiler toute prise d’initiative, toute confiance, et toute créativité…

Dans le dessin animé « La fée Clochette », chaque fée a un talent. La fée Clochette a celui des fées bricoleuses, mais elle est tellement douée qu’elle ne « rentre pas dans les cases ». C’est une visionnaire, elle est faite pour créer, concevoir, explorer, pas pour reproduire et réparer… mais ses prises d’initiatives sortant du cadre institutionnel, elle est vite rappelée à l’ordre et « recadrée ».

Elle perd alors tout enthousiasme et tout élan, se perdant de vue elle-même, sentant qu’elle n’est pas faite pour ce quotidien routinier, remettant même en cause son talent, doutant d’elle-même, perdant sa confiance en elleNe sachant plus qui elle est... Mais quand elle décide de passer outre les règles et qu’elle reprend confiance en elle, s' »encourageant » elle-même en quelque sorte, elle retrouve son éclat et ce qui fait sa force, et sa créativité éclate au grand jour pour le bien de tous…

Voir aussi  ¹ Suivre son élan…

Attention aux critiques systématiques

On retrouve souvent ce genre d’attitude décourageante dans un couple : l’un a « l’expertise » ou se positionne ainsi (faisant mieux le ménage ou les courses, s’occupant mieux du bébé, etc.). Quand l’autre s’essaie à la nouvelle tâche, qu’il va peut-être moins bien maîtriser au départ tout simplement par manque d’habitude, il est parfois critiqué plutôt qu’encouragé.

Ainsi, un ami me confiait que lorsqu’il passait l’aspirateur au début de sa nouvelle relation, son amie lui pointait systématiquement ses insuffisances. Il a depuis renoncé à le passer… Peut-être est-ce une bonne excuse… Mais peut-être aussi un manque de subtilité de la part de son amie : il aurait sans doute été plus incité à continuer si elle l’avait remercié, complimenté, et encouragé sans critiques…

D’ailleurs, tout est relatif : ce qui est perçu comme « moins bien » par l’autre est peut-être tout simplement « différent », car nous n’avons pas tous le même mode de fonctionnement ni les mêmes habitudes.

Ne pas oublier d’encourager les bonnes volontés

Parfois, on ne critique pas et on ne décourage pas… mais on ne réagit pas, tout simplement. Or, une absence de réaction est moins motivante pour poursuivre une tâche qu’un encouragement exprimé.

Parfois, tout simplement, comme c’est bien fait, et qu’on y est habitué, on oublie de le souligner, on oublie de remercier, on oublie de féliciter, on oublie d’encourager, pensant que l’autre n’en a pas besoin… On prend les choses pour acquises.

Par exemple, comme j’étais une bonne élève, ma mère ne surveillait jamais mes devoirs. Elle était contente de mon travail, mais n’avait pas l’idée de me féliciter. Cela m’aurait fait plaisir de temps en temps… Combien de parents sont fiers de leurs enfants, mais « oublient » de leur dire ? Peut-être ne veulent-ils pas qu’ils deviennent imbus de leur personne… Mais il y a toute une marge de manoeuvre entre « être fier de quelqu’un » et « il est devenu trop fier de lui ».

La force inouïe de l’encouragement

Encourager, c’est aider l’autre à se dépasser. C’est lui donner confiance en lui ¹. C’est le principe de tout bon coaching… Les sportifs savent bien qu’ils vont plus loin avec un bon coach qui sait doser les efforts et la motivation.

Une étude de psychologie a comparé les résultats scolaires entre deux groupes de niveau comparable au départ. Pour l’un des deux, on avait indiqué à leur enseignant que les élèves étaient particulièrement doués, mais pas dans le groupe témoin. A la fin de l’année, les résultats du groupe qui était officiellement meilleur (même si ce n’était pas le cas au départ) dépassaient de loin les autres. Croyant que les élèves étaient plus doués, l’enseignant croyait en leurs capacités, le leur avait probablement fait sentir et les avait sans doute davantage encouragés.

On va plus loin quand quelqu’un croit en nous, nous encourage, nous stimule et a confiance en notre valeur… Quand quelqu’un est fier de nous…

Voir aussi  ¹ Tout à coup, un inconnu vous offre des fleurs…

Encourager pour faire germer une petite graine miniature

Il est donc primordial d‘encourager ses proches pour les faire progresser et se dépasser. On ne sait pas à l’avance quel va être le résultat d’une petite phrase anodine lancée 20 ans plus tôt… Quelle graine va germer ¹…

Dans le doute, j’essaie d’être positive et d’encourager systématiquement ma fille dans ses initiatives et progrès. Ainsi, le jour où elle m’a préparé un petit déjeuner surprise, elle a en fait passé 30 minutes à disposer 2 tasses, 2 cuillères et un plateau. Mais c’était fait avec tellement d’attention et d’amour que je l’ai félicitée d’avoir « tout préparé. » De même, l’autre jour elle a chanté une petite chanson de son invention. Ce n’était pas le tube du siècle… Mais je l’ai félicitée pour sa créativité et, depuis, elle continue à « composer ».

Voir aussi ¹   Savoir, Savoir-faire, Savoir-être      Des racines et des ailes

La bonne façon d’encourager

Un ami qui avait suivi une formation de management me disait qu’il gardait en tête un conseil en particulier : quand on encourage, quand on félicite, idéalement il ne faudrait conserver que le positif, et ne pas y instiller de reproches au passage. Car une perception négative, aussi mineure soit-elle, annulerait tout le reste : la personne ne retiendrait que cette remarque, aussi infime soit-elle. Aussi, quand vous voulez encourager ou féliciter quelqu’un, évitez les « oui, mais« … et les « c’était parfait, sauf… » Il vaut mieux séparer les deux notions et, si remarque il y a, la décaler.

Pour l’illustrer, hier, à 22h, j’entends du bruit dans la chambre de ma fille. Intriguée, je vais voir et la trouve debout, en train de ranger sa chambre « en cachette ». Interloquée, je lui demande pourquoi, elle me répond : « parce que c’était le bazar. » Je l’ai chaudement félicitée pour cette bonne initiative malgré l’heure curieuse… Le lendemain, nous en avons reparlé et  je l’ai amenée elle-même à convenir qu’il était encore mieux de le faire en journée…

Encourager sans tomber dans la flatterie

Attention à encourager, mais à bon escient… Si l’on « flatte » systématiquement quelqu’un, il risque d’avoir une confiance débordante en lui… mais, parfois, ne plus savoir la doser et développer alors un ego surdimensionné. Cette personne peut être désillusionnée une fois confrontée à la « vraie vie », et tomber alors de haut.. Par exemple, je n’hésite pas à trier avec ma fille ses dessins et elle reconnaît elle-même ceux qui sont beaux et que l’on garde et ceux qui ne le sont pas. C’est plus objectif, et lui permet de me croire et me faire confiance quand je lui fais un compliment, plutôt que de l’habituer à une perception de perfection systématique.

Encourager sans tomber dans le schéma du Sauveur

Restons vigilant sur la dose d‘encouragement... Parfois, en croyant aider l’autre, on tombe dans le schéma du Sauveur de la triangulation « Victime-Bourreau-Sauveur » ¹. Partant d’un bon sentiment, pensant donner un coup de pouce, apporter un soutien, on se substitue à la volonté de l’autre, que l’on encourage dans une voie qui n’est pas la sienne, ou qu’il n’a pas le temps de s’approprier lui-même… Il faut donc savoir doser et encourager sans sortir de son rôle d’accompagnateur, sans forcer les limites de son interlocuteur… Donner les clefs ², mais ne pas forcer la serrure…

Voir aussi   ¹  Ne pas être victime d’une victime    Le soutien   ² Quand un inconnu nous donne des clefs


Et vous, avez-vous été encouragé tout au long de votre vie, ou plutôt découragé dans vos élans ? Aujourd’hui, savez-vous encourager votre entourage ? Et si vous preniez le temps de faire un compliment à l’un de vos proches, dès aujourd’hui ? Et si vous l’encouragiez à franchir un cap ou à réaliser un de ses rêves ?

2 réponses à “Encourager les bonnes volontés”

Cet article vous a inspiré une réflexion ? N’hésitez pas à la partager :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :