Vers l'équilibre…

Sexe sans conscience n’est que ruine de l’âme…

Retrouver le sens de la sexualité sacrée...

« Le sexe sans amour n’est que la jouissance d’un instant fugace. » Romain Guilleaumes

L’idée de cet article, qui paraphrase la célèbre citation de Rabelais, m’est venue d’une autre citation, que j’ai déjà notée à plusieurs reprises sur ce blog : « Votre corps est un temple, n’y faites pas entrer n’importe quoi », du Dr Kousmine. Bien sûr, elle fait référence à l’alimentation… Mais soudain, je me suis dit que la même idée pouvait se transposer aux relations intimes… (A adapter légèrement pour les hommes bien sûr…)

Des relations sexuelles « en accès libre »

Je ne nie pas l’existence des pulsions, ni le côté très agréable de la chose…

Mais nous sommes à une époque où le sexe est parfois galvaudé, vidé de tout sens autre que charnel, car son accès est très facilité maintenant, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. On utilise souvent l’expression « faire l’amour« , mais elle n’est pas toujours appropriée aux actes…

Pour certaines personnes, les relations sexuelles ont un aspect purement « objet de consommation ¹ « , « loisir », voire compulsif. Détaché de tout affect, purement « mécanique ». D’où l’explosion des sites de rencontres où l’on précise d’emblée si l’on cherche une relation durable ou un « coup d’un soir » (c’est un peu moins explicite dans le choix des mots mais c’est bien sûr de cela que l’on parle), des sex friends, etc.

Voir aussi    ¹ De l’amour véritable et de la bienveillance 

Prendre un peu de recul sur le sens des relations intimes

Vous allez me dire : « mais si les deux partenaires sont consentants, où est le problème ?  » Je ne me pose pas en juge, et je ne dis pas que c’est forcément négatif, surtout si les « règles » sont clairement posées dès le départ. J’invite juste à une réflexion, une mise en garde sur deux points : le fait que l’on se ment parfois à soi-même sur nos motivations profondes… et aussi le fait de ne pas oublier que les relations intimes sont justement… plus intimes qu’il n’y paraît.

Se mentir à soi-même sur ses motivations ?

Combien de personnes croient rechercher simplement la jouissance, le contact charnel, mais sont en fait au fond d’elles-mêmes tout simplement assoiffées de contact ¹, de toucher et d’être touchées ? Et pour qui le moment préféré, c’est le câlin ? On pourrait croire que cela parle davantage aux femmes, mais je connais aussi des hommes dans ce cas.

Parfois, le sexe est aussi un moyen de se rassurer sur son pouvoir de séduction, ou de grappiller une miette d’amour ou d’affection (ou un semblant)… C’est le cas en particulier de certaines personnes pour qui le sexe est compulsif ² : elle me disent qu’elles n’arrivent pas à être seules ³… Mais, une fois le désir assouvi, ne sont-elles pas plus seules encore ? « Et l’on se sent glacé, dans un lit de hasard… » Léo Ferré

Voir aussi  ¹  Un peu de douceur dans ce monde de brutes   ² De l’excès à l’équilibre    ³   Aimer… ou être amoureux de l’amour ?

L’intimité des relations sexuelles

Même si maintenant les tabous principaux sont levés et que les relations sexuelles sont banalisées, il me semble que l’on oublie parfois la notion d‘intimité, la notion de « sens« . Faire l’amour, cela nous relie physiquement, mais aussi émotionnellement, et peut-être même énergétiquement.

Certaines croyances amérindiennes pensent en effet que les personnes qui ont eu un rapport sexuel restent reliées énergétiquement par un cordon invisible… Sans aller jusque-là, en faisant l’amour on est connecté, « imbriqué » dans la bulle d’énergie ¹ de l’autre… C’est incroyablement fort et intime quand on y pense… pourquoi le faire sans amour, avec n’importe qui ? « Seul le battement à l’unisson du sexe et du coeur peut créer l’extase. » Anaïs Nin

Voir aussi  ¹ Ressentir l’énergie de ses chakras

L’intimité de la relation amoureuse

Je ne parle pas ici de tantrisme, sujet que je connais très mal, mais tout simplement de faire l’amour « en conscience », avec amour et respect de l’autre et de soi-même, et pas seulement pour l’acte sensoriel et charnel.

« Pour la première fois, je m’interrogeai sur l’amour et je me demandais si je trouverais en moi la force de donner l’amour et de le recevoir ; d’accepter ma nudité comme sacrée et de tenir pour sacrée la nudité d’un autre. Car, sans amour, le plaisir se fane vite ; se fait amer dans la bouche et a tôt fait d’épuiser ses inventions. Il faut qu’une âme existe à l’intérieur du corps que vous serrez, une âme que vous vous efforcez d’atteindre, une âme qui s’efforce d’atteindre la vôtre… » James Baldwin, Harlem Quartet

Combien de personnes restent ensemble alors qu’elles ne s’aiment plus ? Et ont des rapports sexuels, mais ne font plus l’amour ? (voire même n’ont plus aucune intimité dans certains cas). J’ai un ami, qui est en couple depuis plusieurs années, qui me disait récemment qu’il avait besoin d’affection. Je lui suggérais de faire des câlins, il m’a répondu qu’il ne savait pas à qui demander…

Il me semble qu’une relation accomplie est intime, dans le sens qu’y mettait Kundera dans L’insoutenable légèreté de l’être : « Tomas se disait : coucher avec une femme et dormir avec elle, voilà deux passions non seulement différentes mais presque contradictoires. L’amour ne se manifeste pas par le désir de faire l’amour (ce désir s’applique à une innombrable multitude de femmes) mais par le désir du sommeil partagé (ce désir-là ne concerne qu’une seule femme). »

De la sexualité « sexutoire … »

A l’extrême inverse, j’ai été marquée par le film « Don Jon » qui est sorti fin 2013. Le héros est dépeint comme un sex addict superficiel, compulsif du porno.

Il a une vie sexuelle « sexutoire », pour reprendre le terme inventé par Chantale Proulx« pour remplacer dans certains cas le mot sexualité. Il rend compte d’une sexualité « éjaculatoire » qui n’a de but que de créer une détente ou de renforcer un ego défaillant. »

… A la sexualité en connexion

Puis le héros du film rencontre une femme qui l’initie à la connexion avec l’autre lors des rapports intimes et il découvre que le sexe peut être alors d’autant plus puissant qu’il est vécu en conscience, dans le lâcher prise et l’abandon¹…

« Elle voulut se lever. Je ne savais pas que j’allais le faire mais je posai ma main sur son poignet et l’attirai à moi. Son odeur m’envahit. Elle entra en moi : l’amour est une voie à deux sens. Je mis mes bras autour d’elle, elle mit ses bras autour de moi. Jamais, jamais, je n’avais été enlacé de cette manière. Je l’embrassai, ou, plutôt, je m’insufflai en elle. Elle me serra dans ses bras et je plongeai dans ses yeux. » James Baldwin, Harlem Quartet

Voir aussi   ¹ S’abandonner à l’émotion

Préférer la retenue à la dilution

Je connais beaucoup de personnes, plus qu’on ne pourrait le penser, qui ont vécu (ou vivent toujours) de longues périodes de chasteté. Allant par exemple de 2 ans à plus de 10 ans. Enclenchées par les circonstances de la vie, et/ou par choix personnel. Souvent, elles s’en cachent, comme d’une tare, les rares interlocuteurs à qui elles osent se confier sont étonnés, ne comprennent pas, les jugent, et  sont même parfois moqueurs. Elles ne rentrent pas dans les cases… Vous serez peut-être étonné de savoir que je ne parle pas seulement de femmes, mais aussi d’hommes…

Mais pourquoi pas, si elles n’en ont pas envie ? Avoir des rapports sexuels, c’est très facile de nos jours. C’est même plus facile que de rester chaste, car, bien sûr, la vie, le corps, les hormones et les pulsions soumettent à la tentation… Mais ces personnes préfèrent ne pas se brader, ne pas « se diluer« , ne pas faire « n’importe quoi » de leur corps, et attendre que cela ait du sens pour elles. Pour le faire, justement, en conscience, dans de bonnes conditions pour elles.

Retrouver le sens du sacré en faisant l’amour ...

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez l’approfondir, je vous invite à lire cet article consacré au Slow Sex, la nouvelle tendance pour redécouvrir, après le Slow Food, le plaisir de savourer…

Essayons donc de remettre un peu de sens en faisant l’amour, un acte qui peut être si magique quand il est dans la rencontre de l’autre, partagé, et en conscience… 


Et vous ? Vous laissez-vous entraîner par vos pulsions, au détriment du sens ? Confondez-vous parfois jouissance et amour ? Et si vous décidiez de faire l’amour en conscience et en connexion avec l’autre, au delà du simple désir ?

Cet article vous a inspiré une réflexion ? N’hésitez pas à la partager :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :