Vers l'équilibre…

Débranchez !

choisir de mettre la technologie à notre service et ne pas la subir

« Science et technologie ont réussi et échoué en même temps. ». André Gide

J’ai été amusée par ce petit article sur les smartphones lu ce matin au petit déjeuner. Il présentait, après l’iPhone 6 Plus, les Phablets et la Smartwatch, la vraie innovation du moment :  le « NoPhone ». Présenté sur le site de financement participatif Kickstarter, il est doté d’un design ultra-minimaliste, et ne coûte que 9 euros. Particularité : il ne permet ni de passer des coups de fil, ni de prendre des photos, ni d’aller sur internet. C’est un simple bloc de plastique, pour « rester connecté avec le vrai monde« … Il est même doté d’un « upgrade selfie », un miroir collé à l’appareil, qui permet de se regarder à tout moment… Le cadeau idéal à offrir aux smartphones-addicts en réhab.

Nous vivons dans un monde hyperconnecté

Au delà du clin d’oeil, je m’interroge sur un monde dans lequel nous pouvons avoir besoin d’un gadget évidemment absurde et décalé pour souligner à quel point nous sommes dépendants de certains objets ou certaines technologies.

D’ailleurs, des « challenges » de « déconnexion » apparaissent régulièrement dans la presse ou les blogs, comme « un mois sans internet », « un an sans téléphone portable », etc. Preuve que beaucoup de personnes questionnent ces nouveaux excès¹.

Voir aussi   ¹ Et vous, sur quoi écririez-vous ? 

Sommes-nous maître ou esclave des outils ?

Mon credo n’est pas de retourner à l’âge des cavernes ni de nier les avancées fantastiques que nous devons aux technologies. Je suis la première à m’en servir. Je m’interroge juste sur la notion d‘excès et de dépendance. Comme c’est souvent souligné, les outils devraient rester à notre service, et non le contraire. Comme dans tous les autres domaines, il faut aspirer à trouver le bon équilibre¹. 

Voir aussi   ¹ De l’excès à l’équilibre    Se perdre dans les méandres des réseaux sociaux  

La technologie comme un « doudou »

Une amie, très consciente par ailleurs des dangers des ondes, me disait qu’elle ne pouvait cependant pas s’empêcher d’être connectée en permanence à son portable, même avec son bébé à proximité, car c’était comme un « doudou » pour elle, un élément rassurant. Qu’elle se sentait démunie sans sa présence. Comme une sorte de cordon ombilical qui la relie en permanence au monde et à ses proches.

D’ailleurs, on a tous expérimenté le fait de se sentir « tout nu » et très déstabilisé le jour où l’on oublie son portable ou l’on est en panne de batterie. Sans parler de la panique¹ d’être sans internet pendant une semaine, lors d’un emménagement par exemple. Comme si notre équilibre était rompu. Mais n’est-il pas paradoxal de confier notre équilibre à des éléments extérieurs au lieu de le chercher en soi ?

Voir aussi  ¹ Traverser ses peurs

La technologie comme moyen de combler un vide

L’autre jour, au restaurant, j’observais un couple de 20 ans. Ils avaient l’air de s’ennuyer ferme et ils étaient tous les deux sur leur portable en attendant l’arrivée des plats… Cela m’a semblé très triste. J’ai un ami pour qui il est « vital » d’être connecté en permanence, et qui a le réflexe de consulter son portable à tout instant, dès qu’il a une pause de quelques minutes. Ne rien faire lui semble le comble de l’ennui. N’est-ce pas une façon inconsciente d’éviter de se retrouver face à soi-même ? (voir aussi l’article de Léo Babauta sur l’addiction au téléphone),

La technologie comme nouveau réflexe en société

Combien de fois par jour vérifie-t-on si on a de nouveaux messages sur notre téléphone ou notre ordinateur ? C’est un geste qu’on ne questionne plus mais qui disperse énormément notre énergie et notre attention.

Et quoi de plus désagréable, mais communément admis, que d’être en tête à tête avec quelqu’un qui répond à un coup de fil et entame une longue conversation devant nous…

Avez-vous remarqué à quel point les gens se permettent de plus en plus souvent des retards sous le prétexte que l’on est facilement joignable ? On est souvent prévenu à la dernière seconde, au moment même du rendez-vous initial…

Et avez-vous également remarqué le nombre de personnes qui sont désormais joignables pendant leurs congés ? Ils travaillent parfois même sur la plage ! Comment déconnecter ¹ et se reposer vraiment l’esprit dans ces conditions ? 

Voir aussi  ¹ Le secret de la gestion du temps

La technologie à notre service… mais à nos dépens ?

J’ai conscience à quel point je semble « réac » quand je parle de ces sujets, mais, sans prétendre que tout était mieux avant, je pense que la technologie nous sert beaucoup ; mais peut aussi nous desservir si nous ne sommes pas vigilants.

Débrancher pour développer nos compétences

Bien sûr que les calculatrices sont indispensables… mais je pense cependant qu’il n’est pas du tout inutile pour autant d’apprendre ses tables de multiplication et de pratiquer régulièrement du calcul mental, histoire d’entretenir la plasticité de notre cerveau !

Dans le même ordre d’idée, j’ai un ami qui me disait qu’il se forçait à retenir les numéros de téléphone par coeur, « à l’ancienne », (il y a seulement 15 ans nous le faisions tous ! ), non pas pour le côté utile mais tout simplement comme exercice quotidien. Petit clin d’oeil au passage : combien de personnes ignorent leur propre numéro de téléphone, sous le prétexte qu’ils « ne s’appellent jamais » !

De même, je suis la première à apprécier le confort du GPS ; mais si nous n’y prenons pas garde, nous ne saurons bientôt plus lire une carte… Or, indépendamment du fait que nous devenons dépendant d’un outil qui peut soudain tomber en panne, chercher son chemin au quotidien développe des compétences importantes comme le sens de l’orientation, la créativité, la recherche de solutions… On devient autonome et débrouillard, et ces qualités peuvent se transposer à bien d’autres domaines.

Débrancher avant d’aller trop loin ?

Le jour où j’ai appris que 45 Etats sur 50 aux USA ont décidé de rendre optionnel l’enseignement de l’écriture manuscrite en école primaire, j’ai cru à un poisson d’avril. Mais après vérification, il semblerait que ce soit malheureusement la vérité. Là encore, je ne nie pas les avancées technologiques et la « logique » qui mènent à cette décision. Mais pourquoi prendre une mesure aussi extrême ? De mon point de vue, ce n’était pas la matière qu’il fallait supprimer en priorité !

Conserver sa liberté et son indépendance

Savoir écrire, et pas seulement sur un clavier, me paraît être une source de liberté et d’autonomie¹. Cela me paraît paradoxal de renoncer à cette indépendance, qui avait été revendiquée au fil des siècles : voyez par exemple cette très jolie scène du film Le Retour de Martin Guerre, qui se passe au Moyen-Age, scène où Martin, instruit (ce qui est rare à l’époque), apprend à écrire son prénom à Bertrande. C’est un symbole très fort d’autonomie. Voyez aussi l’enthousiasme de vos enfants quand ils apprennent à écrire leur propre prénom. C’est comme s’ils se ré-appropriaient une partie d’eux-mêmes. Et, par ailleurs, l’apprentissage de l’écriture développe également de nombreuses connexions neurologiques et est lié à de nombreux autres apprentissages.

Soyons vigilants et conservons notre liberté et notre indépendance tout en mettant la technologie à notre service…

Voir aussi  ¹Les paroles s’envolent, les écrits restent    Aujourd’hui, j’ai reçu une lettre…

Débrancher pour vivre pleinement

Avez-vous remarqué comme on est beaucoup plus concentré et efficace quand on est pleinement présent à ce que l’on fait, sans aucune distraction ni interruption ? Parfois, quand on prend juste quelques secondes pour consulter un message, on pense que c’est anecdotique… mais la perte d’attention et de concentration¹ est considérable, même si elle n’est pas vraiment quantifiable.

J’ai un ami qui m’a impressionné l’autre jour : nous discutions, et son téléphone a sonné. C’était sa fille. Je lui demande : « tu ne réponds pas ? » Et il me répond : « non, je veux t’accorder toute mon attention² « . C’est de plus en plus rare à notre époque. Et c’était vraiment très agréable.

C’est une autre façon d’appliquer la Pleine Conscience au quotidien, être pleinement présent au monde sans connexion quand ce n’est pas nécessaire, quitte bien sûr à se connecter régulièrement, à intervalles réguliers… Mais à des moments choisis, et non subis.

Pour le clin d’oeil, cette photo, très partagée sur le web, intitulée : « a sign of the times », montre un jeune homme tellement absorbé par son smartphone qu’il manque un … léger détail !

débrancher pour ne pas passer à côté de l'essentiel

Voir aussi    ¹ La thérapie de l’hibernation    De l’importance de bien se positionner    ² La bonne résolution la plus importante de votre vie

Demain, tous électrosensibles ?

Et puis, bien sûr, il y a aussi la question des ondes. Les études sont contradictoires, et probablement baillonnées par les puissants lobbys mais les voix s’élèvent et il me paraît probable que l’on n’échappera pas à un vaste scandale de santé publique d’ici quelques années, de la même force que celui de l’amiante hier. Déjà, l’OMS a classé en 2011 le téléphone portable comme un cancérigène possible… Demain, tous électrosensibles ? Comme ce problème est invisible, il est nié, contesté ou même ridiculisé ; mais il a tendance à s’étendre insidieusement…

Difficile bien sûr à notre époque d’échapper aux ondes, sous toutes les formes, mais on peut déjà prendre quelques mesures simples pour limiter les dégâts et éviter de le devenir ! Eteindre son portable régulièrement, éviter de le porter directement dans sa poche, ne pas s’en servir comme réveil, éviter le wifi quand on a un poste fixe… Renseignez-vous, par exemple lisez pour commencer cet article de FranceTVinfo qui donne quelques recommandations pour se protéger des ondes électromagnétiques. (d’ailleurs, je parle du téléphone portable¹, mais quand on commence à creuser un peu on s’interroge vite sur les fours à micro-ondes, les téléphones fixes sans fil, les plaques à induction, les ampoules à basse consommation etc.)

Voir aussi  ¹ Mettre en application ses propres conseils… Et ceux des autres 

Débrancher… pour se reconnecter à la réalité

Mon propos n’est pas de diaboliser le monde « moderne », j’appelle juste à un peu de recul et de bon sens, à un équilibre¹ à trouver, et à la liberté de choisir et non subir. 

Je vous incite à lire également l’excellent résumé du site « Le démotivateur » intitulé : « 10 raisons pour lesquelles les appareils électroniques devraient être interdits aux enfants de moins de 12 ans ! Ça fait peur…

Pour conclure, je vous invite à regarder cette petite vidéo de 3 minutes, très inspirante sur le sujet, nous invitant à nous reconnecter à la réalité…

Voir aussi ¹ La check-list pour une vie équilibrée


Et vous ? Etes-vous parfois dépendant, voire esclave de la technologie ? Avez-vous besoin d’apprendre à débrancher ?


2 réponses à “Débranchez !”

  1. Gilles Gaua

    Donc le mieux serait d’en parler de vive voix
    Pas via un réseau social ,
    Téléphonons plus
    Tchatons moins

    J'aime

    Réponse

Cet article vous a inspiré une réflexion ? N’hésitez pas à la partager :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :