Vers l'équilibre…

Etre consommateur ou consomm’acteur ?

nos actes d'achat peuvent changer le monde

 » Qu’est-ce que je peux faire ? J’sais pas quoi faire !! – Silence, j’écris !  »

Pierrot le Fou, Godard

Il y a quelques mois, j’étais assez déprimée par l’état du monde. J’avais l’impression que c’était de pire en pire, inéluctable, et que l’on ne pouvait rien y faire.

Chacun peut faire la différence

Aujourd’hui je suis beaucoup plus optimiste : bien sûr, l’état du monde est toujours aussi catastrophique, si ce n’est pire ; mais je vois désormais toutes les actions qui émergent tous les jours pour faire bouger les choses. Des initiatives, souvent individuelles, à petite échelle pour commencer, qui ont l’air anodines, infimes, insignifiantes parfois, mais qui contribuent à changer le monde.

Par exemple, un filtre à eau solaire pour pouvoir boire l’eau de la mer dans les pays sous-développés, des actions de sensibilisation à l’écologie ¹ dans les écoles, un filet de pêche qui permet aux petits gabarits de pouvoir s’échapper et ne pas mourir pour rien, etc.

Chacune de ces actions ne prétend pas changer le monde, mais c’est la somme de ces initiatives qui fera la différence, comme le soulignent les paraboles du colibri et de l’étoile de mer ².

Voir aussi   ¹ Reprendre contact avec la nature   ²  La parabole de l’étoile de mer    Savoir, Savoir-faire, Savoir être

Notre pouvoir à un niveau individuel

Mon déclic à moi s’est produit le jour où, il y a 2 ans, j’ai assisté à une conférence dans un salon du bien-être. Malheureusement, je ne me souviens plus du nom du conférencier. Il dressait un portrait assez terrible du monde, de l’écologie, de la santé. Toutes les choses que je savais déjà, et j’étais assez déprimée de l’entendre à nouveau.

Une personne de l’assistance est intervenue, et lui a demandé : « mais qu’est-ce qu’on peut faire à notre échelle individuelle ??? » Et il a répondu une chose très simple et limpide à mes yeux : nous pouvons utiliser deux pouvoirs à notre propre échelle, c’est d’abord le vote, et ensuite le pouvoir d’achat.

De consommateur à consomm’acteur

Dans l’expression « pouvoir d’achat », il y a bien le mot « pouvoir » … Nous avons donc tous le pouvoir de devenir des consomm’acteurs …  N’oubliez pas que dans notre monde occidental, c’est encore la loi du marché qui régit le monde. Les industries produisant en fonction de l’offre et la demande, ce sont vos achats quotidiens qui vont exprimer vos convictions¹.

Par exemple, si plus de consommateurs achetaient du bio, au fur et à mesure il deviendrait de plus en plus intéressant financièrement de se tourner vers et faire croître ce marché, donc les parcelles sans pesticides. Si tout le monde achetait du poulet fermier, ou même devenait à terme végétarien, les élevages industriels péricliteraient, etc. Même Monsanto communique maintenant sur le bio! Même si c’est juste du marketing, qu’ils essayent clairement de surfer sur l’effet de mode du bio et de faire du « greenwashing » (ou écoblanchiment), et que je ne suis pas sûre que leurs intentions soient pures (!), c’est un indice de la tendance et l’évolution actuelle générale des demandes et des consciences.

Je ne suis pas idéaliste, et j’ai bien conscience des limites de notre pouvoir individuel, mais je pense cependant qu’il vaut mieux essayer d’être en cohérence entre ses convictions et ses actions quotidiennes².  

Pour approfondir ce sujet, s’il vous intéresse, je vous invite à regarder cette interview très inspirante d’Erwann Menthéour sur le blog Moodstep, qui nous parle d’engagement, de pouvoir d’achat, de consomm’action, de conscience, de transmission et de conviction.

Voir aussi  ¹  (Re) Trouver sa vocation     ² Plusieurs étapes de l’évolution de la Conscience

On fait ce que l’on peut, et c’est toujours cela de pris

Ce genre d’argument se heurte aux pessimistes qui soulignent à quel point tout est imbriqué et qui nous mettent face aux contradictions évidentes que cela soulève:

« -D’accord, tu manges bio, mais tu continues à acheter du « made in China »

« – Ok, tu recycles tes bouteilles en verre, mais tu as acheté une nouvelle voiture. »

« – C’est sûr, tu es végétarienne, mais as-tu pensé aux produits chimiques de ton vernis à ongle.  »

Etc, etc.

Tout étant imbriqué, il est bien sûr difficile d’être parfait et exemplaire, et totalement cohérent. Mais ma conviction, c’est que l’on fait ce que l’on peut, et que c’est toujours cela de pris. Quelle que soit l’action choisie¹. J’entends trop de personnes se plaindre et critiquer sans prendre aucune action.

Elles me disent qu’il n’y a rien à faire ; et il est vrai qu’il semble que ce n’est pas un vote de plus ou de moins qui va changer tout …mais n’est-ce pas pire de ne pas voter ² ?  

Elles me disent que c’est ridicule d’être végétarien et d’épargner un poulet par ci, un saumon par là … mais cela ne change–t-il pas tout pour ce poulet là, ce saumon là?

Sans parler de l’exemple indirect que l’on donne par son attitude.

Voir aussi   ¹  passez à l’action … quelle qu’elle soit    ²  les 6 (+1) critères fondamentaux pour la réussite d’un couple

Donner l’exemple par ses actions plus que par de grands discours

En effet, même si cela est parfois efficace, à titre personnel je ne suis pas à l’aise avec les grands discours moralisateurs et culpabilisants du style « il faut faire ci’, « il ne faut pas faire ça ». Il y a deux ans, j’ai été marquée par l’attitude d’Elodie Beaucent, de Food’Joie, lors d’une intervention au forum Happylab : plutôt que de dire ce qu’il fallait faire ou ne pas faire à son avis, elle disait en substance :  » chacun fait ce qu’il veut, mais voilà pourquoi moi je fais cela » ¹. Elle nous a donné des chiffres et des faits assez accablants, qui effectivement étaient assez dissuasifs et donnaient vraiment envie de devenir végétarien ²! Mais j’ai trouvé sa façon de faire subtile et plus efficace qu’un discours culpabilisant et accusateur.

A ma toute petite échelle, j’ai remarqué que je fais passer plus de messages, par exemple au restaurant, quand les gens ne me connaissant pas remarquent que je suis végétarienne et me demandent pourquoi, et que je leur explique pourquoi moi je le fais, en leur disant « mais chacun fait ce qu’il veut, cela ne me dérange absolument pas que vous commandiez une entrecôte sous mon nez ».  Ce qui d’ailleurs est vrai. Je ne suis pas là pour les juger, je n’ai pas la science infuse, je ne fais pas forcément mieux que les autres … par contre j’essaie d’agir en accord avec mes propres convictions quand je le peux. Leur conscience évoluera peut-être plus tard par rapport à ce sujet … ou un autre… Chacun son rythme, chacun ses convictions.

Voir aussi   ¹ Mettre en application ses propres conseils… Et ceux des autres    ² mais qu’est-ce qui t’est arrivé ?!! Le jour où j’ai décidé de devenir végétarienne     S’interroger sur ce qu’il y a dans notre assiette


Et vous ? Avez-vous conscience que vos achats ont un réel pouvoir? Avez-vous envie de faire évoluer, même par petites touches, votre mode de consommation? Vous sentez-vous consommateur ou consomm’acteur ?

Cet article vous a inspiré une réflexion ? N’hésitez pas à la partager :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :