Vers l'équilibre…

L’allégorie de la grenouille cuite à petit feu

la routine nous tue à petit feu, le couple s'étiole sans s'en rendre compte...

« L’habitude c’est une façon de mourir sur place » Michel Audiard

Hier je discutais avec des amis fraîchement divorcés, qui faisaient tous le même constat : ils s’étaient perdus dans la routine de leur couple, renonçant à leurs activités et leurs passions, sacrifiant au fil des années une partie vitale d’eux-mêmes au passage¹. Et, en parallèle, leur amour avait cuit à petit feu et perdu toutes ses couleurs

Voir aussi  ¹  De l’excès à l’équilibre   Oser changer de vie

Les dangers de l’accoutumance

Cela m’a fait penser à la célèbre allégorie de la grenouille : une grenouille plongée dans l’eau bouillante s’échapperait immédiatement du bocal de l’expérience en donnant un coup de patte ; mais, si l’eau est chauffée très progressivement, degré par degré, la grenouille s’engourdit doucement dans l’eau de son « jacuzzi », perd petit à petit connaissance et se retrouve ébouillantée sans même s’en être rendue compte¹. Elle s’est accoutumée à sa situation. C’est le phénomène dit de « l’habituation » en psychologie : elle consiste en la diminution graduelle (et relativement prolongée) de l’intensité ou de la fréquence d’apparition d’une réponse suite à la présentation répétée ou prolongée du stimulus l’ayant déclenchée.

Voir aussi   ¹ Traverser ses peurs

Comme de l’eau croupie…

« On devrait toujours être amoureux : voilà pourquoi on ne devrait jamais se marier. » Oscar Wilde

Un de mes amis a même complété la métaphore sur le couple en ajoutant que l’eau dans laquelle la grenouille baigne peut vite être en plus croupie, si le couple a tendance à fonctionner en vase clôt, et qu’aucun élément extérieur ne l’agite : il n’y a alors pas assez d’apport d‘oxygène, et un manque d’hygiène (c’est à dire un manque d’efforts, de remise en question et de « nettoyage » psychologique.)¹ Pour approfondir, je vous invite à lire l’excellent article : « Laissez respirer votre couple« .

Voir aussi ¹ Quelle oeuvre d’art seriez-vous ?

Rien n’est acquis définitivement

En effet, un des écueils possibles des couples est quand l’on commence à considérer l’autre comme « acquis » ¹, comme si l’amour et la vie commune étaient gravés dans le marbre, surtout quand les personnes sont mariées et/ou ont des enfants. Mais les statistiques de la société actuelle et le taux de divorce qui augmente d’année en année prouvent bien le contraire…

Voir aussi  ¹ Se surprendre soi-même

Réagir et ne pas s’avouer vaincu

Bien sûr, l’idéal serait de réagir avant qu’il ne soit trop tard¹… et ne pas s’avouer vaincu aux premiers signes d’engourdissement. D’ailleurs, pour reprendre la métaphore, une autre allégorie met deux grenouilles dans un bocal de crème et non plus d’eau. Au bout d’un moment, l’une d’elles s’avoue vaincue et se laisse couler… l’autre se bat et se débat, son instinct de survie étant plus fort que la logique… et petit à petit, à force d’agiter avec ses pattes le contenu du bocal, la crème se transforme en beurre, se solidifiant et lui permettant de se libérer en sautant hors du bocal…

Voir aussi  ¹ Savoir s’arrêter à temps

Quand la grenouille est cuite…

Mais, parfois, la grenouille est cuite… Les personnes qui se sont laissé « ébouillanter » et se retrouvent asphyxiées ou éjectées de leur bocal ont souvent besoin d’un temps de réanimation¹. Mais passé le choc du départ, elles vont très souvent retrouver une boulimie d’activités, pour « rattraper le temps perdu » et noyer leur chagrin et leur solitude dans une multitude d’activités et/ou de rencontres, ayant l’impression ainsi de « se retrouver ». Elles vont, comme le souligne de façon humoristique Margaux Motin, partir en quête de la personne qu’elles étaient... même si c’est illusoire, car elles ont forcément changé et évolué entre temps…

Mais, dans la prochaine relation, auront-elles tiré les leçons du passé ? Se laisseront-elles ébouillanter à nouveau par la routine ?

Se retrouver soi-même après une rupture

 

Voir aussi  ¹ Les 6+1 critères fondamentaux pour la réussite d’un couple    Le bon moment, c’est maintenant

Garder ou retrouver de l’oxygène dans le couple

Il me semble, avec du recul (que j’étais loin d’avoir quand j’étais dans mon propre bocal), que la clef de la réussite d’un couple est d’anticiper et de trouver un juste équilibre entre :

1) des activités communes qui vont souder le couple, apportant des souvenirs communs et un temps partagé de qualité, permettant de rire ou se dépasser ensemble.

J’ai par exemple lu une étude psychologique amusante dans le livre « 59 secondes pour prendre les bonnes décisions » de Richard Wiseman (que je vous recommande chaleureusement au passage) qui explique que l’un des facteurs de longévité du couple est de faire des activités ensemble, si possible amusantes ou induisant une notion de défi à relever ensemble. Cela permet de retrouver les sensations d’excitation de la nouveauté que l’on ne ressent plus forcément au bout de 10 ans d’union si l’on s’est laissé engluer par la routine. (excitation que l’on risque d’aller chercher ailleurs si on ne la trouve pas ensemble…)

Dans cette étude, les couples étaient amenés à faire une activité nouvelle et originale (en l’occurrence, franchir en moins d’une minute un obstacle en mousse de 1 mètre de haut en étant attachés par la cheville et le poignet par une bande velcro, tout en rampant et tenant un coussin entre eux) alors que le groupe témoin faisait une activité banale. Puis ils étaient amenés à répondre à un questionnaire. Les évaluations sur leur couple et leurs sentiments amoureux étaient meilleures dans le groupe où ils avaient été amenés à relever ensemble le défi stimulant…

2) un apport d’oxygène par le biais d’activités personnelles indépendantes dans lesquelles chaque individu va pouvoir se ressourcer, et retrouver son énergie¹ par le biais qu’il préfère (car cela est propre à chacun)

On peut avoir un jardin secret auquel l’autre n’a pas accès, non pas par trahison mais, au contraire, de façon très saine, pour se retrouver en tête à tête avec soi-même²... et mieux retrouver l’autre après. Mais, bien sûr, pour que cela fonctionne, il doit y avoir une réelle confiance entre les partenaires et cela doit être équitablement réparti, et pas à sens unique.

Il s’agit de respecter mutuellement la liberté de l’autre, de garder son indépendance et son autonomie³ (à bon escient), et de ne pas tomber dans le piège de l’amour fusionnel où chacun risque de se perdre… et le couple avec.

Voir aussi  ¹ Déployer son arbre intérieur  La bonne résolution la plus importante de votre vie    ² Prendre soin de soi… pour mieux prendre soin des autres   ³ Aimer… Ou être amoureux de l’amour ?   De l’amour véritable et de la bienveillance


Et vous ? Vous laissez-vous glisser dans la routine avec délices et volupté au risque de vous y engourdir et vous y noyer ? Ou êtes-vous toujours vigilant sur qui vous êtes ? Et si vous vous programmiez dès maintenant deux activités qui changent de l’ordinaire, l’une seule et l’autre à deux ?


2 réponses à “L’allégorie de la grenouille cuite à petit feu”

  1. alban

    Suite à ma rencontre avec Céline lors d’une soirée, je me laisse convaincre de poser quelques pensées sur un sujet qui me tient à cœur, celui de réussir une vie de couple………Question et réponse pas forcément simples de nos jours en 2015. Pour l’inspiration je me suis mis le fabuleux boléro de Ravel, qui éveille en moi tout ce qu’il y a de plus sensuel et d’enivrant dans une vie de couple.

    Précepte N°1, il faut déjà VOULOIR CONJOINTEMENT être à deux sinon rien ne sert d’aller plus loin.

    N°2 faire preuve de communication et quand je dis communiquer ce n’est pas de savoir qui va ramener le pain. je parle de communication sur ce qui va bien ou mal au sein du couple, professionnellement, personnellement, accepter les forces et les faiblesses de l’autre sans jamais juger en respectant l’individualité de son partenaire.

    N°3 Garder du temps pour être ensemble sans enfant au moins une fois par semaine pour sortir et se divertir. Egalement sortir une fois par semaine seul ou avec des amis pour se reconstruire en tant qu’individu et garder son identité profonde et ainsi rester soi même.

    N°4 Pratiquer une sexualité enfantine et décomplexée car le jeu est le meilleure moyen de communiquer ( les jeunes enfants jouent et ne se parlent pas, ils ne connaissent même pas le prénom de leurs partenaires de jeu…….!!) Utiliser la sexualité par des messages SMS, par des massages, par la danse, en en parlant, n’hésiter pas non plus au début de la relation à expliquer ce qui vous plaît ou vous déplaît et aussi a apprendre à l’autre comment mieux vous faire plaisir toujours en respectant ses envies.

    N°5 Faire preuve de légèreté, prenez le temps de rire et de favoriser la complicité (sur une préparation culinaire par exemple). Relativisez vos soucis et ne ruminez pas vos mauvaises pensées.

    N°6 Ayez des projets à court et long terme pour toujours faire travailler votre subconscient et rêver quand vous êtes moins bien, et bien sûr pour projeter votre couple dans le futur avec des objectifs. (évitement de la serial’routine).

    N°6 Ne pas Tout demander au couple, et savoir que l’autre ne peut pas tout pour vous et qu’il vous faudra aussi vous prendre en main seul pour affronter certains tourments de votre vie. Voilà, Je suppose que si vous respectez cela autant que faire se peut votre couple durera…….N’oubliez pas aussi que les échecs de couple viennent souvent du fait que certaines personnes se retrouvent ensemble car elles habitent proches l’une de l’autre, que l’on se met parfois en couple pour ne pas rester seul……..Ma dernière remarque serait de dire qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation et qu’en amour mieux vaut prendre son temps pour aller loin. La vie tient plus du marathon que du 100 m.

    J'aime

    Réponse
  2. Sethlans

    Je crois que dans le fond ce billet rejoint celui sur le « loveaholicisme ». On ne se lasse pas tant finalement, qu’on se contente l’un et l’autre de ce qu’on a (ce qui est bien), et qu’on considère que l’autre est content de ce qu’il/elle a (ce qui l’est moins). Peut être qu’au fond de nombreux couples se sont formés sur la surprise et le plaisir immédiat, couplé à un besoin personnel, sans comprendre que combler un besoin n’est pas une solution à long terme, et qu’on cherche trop à trouver quelqu’un plutôt qu’à trouver la bonne personne. La société, le temps qui passe, la recherche d’un idéal de vie tel qu’il nous a été apprit … beaucoup de pressions convergentes. Bref, contrairement à Alban, je pense que le péché est essentiellement originel. La naïveté ;)

    J'aime

    Réponse

Cet article vous a inspiré une réflexion ? N’hésitez pas à la partager :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :